mardi 8 septembre 2009

Web dépendance

Le premier mois de démarrage de Rikiki, je l'ai passé principalement à :

  • Chercher le nom (c'est pire que trouver un nom d'enfant, je vous l'assure);
  • Chercher des fournisseurs d'accessoires pour bébé;
  • Discuter avec des graphistes, des concepteurs web;
  • Parler continuellement du projet à tout le monde que je rencontrais;
  • Me demander si mon idée avait du bon sens.

Mais depuis que la plupart des étapes citées ci-haut sont pratiquement réglées, ce qui m'intéresse davantage, c'est la partie «commerce électronique» du projet, et je me suis mise à lire tout ce que je pouvais trouver sur le sujet. Bien sûr, le blogue de Michelle Blanc est une incontournable, mais il y a vraiment, mais vraiment beaucoup d'autres blogues qui traitent de ce sujet, au point où je me demande comment j'arriverai à tout emmagasiner.

Bref, tout ça pour dire que je me sens en retard sur les nouvelles, que j'ai envie de prendre les bouchées doubles, et que je crois que je passe un peu trop de temps sur internet... Je m'en doutais, mais j'apprends que je ne suis pas la seule dans cette situation inconfortable : Étienne Chabot, a même inventé un mot pour décrire l'état dans lequel je me trouve : tous les symptômes y sont, il s'agit sans le moindre doute d'un état de webriété avancé. Joli, non?

2 commentaires:

  1. Salut Valérie, de tomber en état de webriété de temps à autre est pas si mauvais de temps en temps...Il faut juste faire attention aux abus de manière répétée ;-)

    J'ai moi aussi 3 kids... et c'est du sport! Bon succès dans tes projets d'entreprise et longue vie à ton blogue.

    Amicalement,

    Etienne

    RépondreSupprimer
  2. Salut Étienne,

    c'est super gentil d'être passé.

    Au plaisir!

    RépondreSupprimer